L’armée belge, malgré sa politique de neutralité, possède une armée de cinq cent cinquante mille hommes pour un pays de huit millions d’habitants, c’est un chiffre très élevé par rapport à son niveau de population.

11.06.1940 - Armée Belge en campagne en France

11.06.1940 – Armée Belge en campagne en France

 

 11.06.1940 Armée Belge en campagne en France

11.06.1940 Armée Belge en campagne en France

Cette armée belge,placée sous le commandement du roi Léopold III, s’organise en dix-huit divisions d’infanterie de ligne réparties en six corps d’armées, un corps de chasseurs ardennais à deux divisions, un corps de cavalerie à deux divisions et des unités indépendantes, à savoir une brigade d’artillerie d’armée et trois bataillons de cyclistes frontières.

Un groupement « K » est mis sur pied, il commande à la 1ère division de Chasseurs Ardennais et à la 1ère division de cavalerie.

1 – Les organes de commandement.de l’armée belge

le commandement de l’armée belge :

chef de l’armée belge : Sa majesté le roi Léopold III .

Aide de camp : Lieutenant-General Van Overstraeten

sept corps d’armées compose l’armée belge :

1. Ier corps d’armée : Lieutenant-General Van der Veken puis Lieutenant-General Nève de Roden

2.IIème corps d’armée : Lieutenant-General Michem

3.IIIème corps d’armée : Lieutenant-General De Krake

4.IVème corps d’armée : Lieutenant-General Bogaerts

5.Vème corps d’armée : Lieutenant-General Van der Bergen

6.VIème corps d’armée : Lieutenant-General Verstraete

7.VIIème corps d’armée : Lieutenant-General Deffontaine

un corps de cavalerie

Corps de cavalerie: Lieutenant-General Nève de Roden puis Lieutenant-General Keyaerts puis General Van Strydonck de Burkel

un groupement :

Groupement « K » : Lieutenant-General Keyaerts

Les divisions d’infanterie.

six divisions d’active :

1.1ère division d’infanterie : Major-General Michiels –

2.2ème division d’infanterie : Lieutenant -General Colpin

A la liste des grandes unités de l’armée belge, il ne faut pas oublier de citer:

1. les trois régiments de défense contre-avions.

2. les trois régiments d’aviation dépendants de l’armée de terre belge.

3. les régiments de réserve d’infanterie et d’artillerie de nouvelle formation.

Le 7ème corps d’armée belge est d’abord nommé corps des Chasseurs ardennais.

Le 22 novembre 1939, il prend sa nouvelle dénomination.

Une brigade motorisée composée du 2ème régiments de Guides et du 4ème régiment de Lanciers (cavalerie motorisée) est sous les ordres du corps de cavalerie.

quelques lettres de soldats belges en campagne…

L’exode de 1940 amena dans le Sud de nombreux belges souvent d’origine juive, réfugiés dans le nord de la France.

Une partie de L’État major de l’armée Belge fut  repliée à SÈTE, et disposa d’un bureau de recrutement.

recrue civile belge au bureau de recrutement de Sète

recrue civile belge au bureau de recrutement de Sète

Quelques éléments du gouvernement Belge en fuite y résidèrent également.

gouvernement belge replié en France 26 07 1940

gouvernement belge replié en France 26 07 1940

l’armée belge repliée à Fabrèges (Hérault) 1940

armée belge repliée à Fabrèges (Hérault) 1940

armée belge repliée à Fabrèges (Hérault) 1940

 

l'armée belge repliée à Fabrèges (Hérault) 1940

l’armée belge repliée à Fabrèges (Hérault) 1940

 

armée belge repliée dans le sud-ouest

armée belge repliée dans le sud-ouest

ainsi que des réfugiés belges…

réfugié belge à sète

réfugié belge à sète

 

réfugié belge à Sète

réfugié belge à Sète

 

réfugié belge à Sète

réfugié belge à Sète

 

13 07 1940 réfugié belge à Sète

13 07 1940 réfugié belge à Sète

 

13 07 1940 réfugié belge à Sète

13 07 1940 réfugié belge à Sète

 

lettres à suivre…….

2 réflexions au sujet de « l’armée belge dans la tourmente 1939/1940 »

  1. Objet : Plaque d’identité : SALICOT R I 02 74232

    Monsieur, bonsoir
    Je me permets de vous contacter pour vous demander votre aide dans une recherche relative à une plaque d’identité militaire, a priori belge.
    Je suis membre d’un groupe de recherches historiques qui s’est donné pour mission de rendre l’identité aux cinq fusillés du 27 juin 1944 au bois de la Reulle, situé entre les communes de Castelmaurou et de Gragnague, dans le département de la Haute-Garonne (France). Ce crime de guerre a été perpétré par une unité de la 2ème Division blindée SS « Das Reich ».
    A la Libération, dix des fusillés sur quinze ont été identifiés.
    Notre association a réussi à rendre l’identité à trois des cinq mentionnés supra. Il s’agit du major Charley de HEPCEE de l’armée de l’air belge, du capitaine Marcel JOYEUX de la région de Poitiers et de l’instituteur Pierre CARTELET, originaire des Ardennes.
    Ceci a été possible grâce à des analyses ADN auprès des familles.
    Aussi, la moindre piste nous intéresse.
    Nous avons trouvé une plaque d’identité matricule sur le lieu de supplice des résistants au nom de SALICOT ou SALIGOT R.
    Les archives militaires belges viennent de nous préciser que la plaque d’identité concerne SALIGOT Raymond né le 19/07/1904 à Wiers avec le numéro matricule 102/74232. Mais, malheureusement, il n’existe pas de dossier nominatif.
    Je vous saurais gré et extrêmement reconnaissant de me donner tout élément en votre possession concernant ce militaire belge.
    Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes cordiales salutations.

    Patrice CASTEL
    Professeur d’histoire-géographie

  2. Priàre me contacter pour confirmer mon inscription sur votre liste. Merci et salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web