discours radiophonique de pierre Laval pour inciter les ouvriers à aller en Allemagne, travailler au titre de la « relève »

 

Le “compromis” conclu entre Sauckel et Laval

fut la « Relève » du 22 juin 1942

 

la relève Compiègne 1942

la relève Compiègne 1942

 

50.000 prisonniers de guerre français devaient être échangés contre 150.000 ouvriers qualifiés.

la relève

la relève

Pour cela, le gouvernement Vichy s´engageait à recruter lui-même les 150.000 ouvriers.

affiche pour la releve

affiche pour la releve

 

21/22 10 1942 départ des 1ers trains au titre de la relève

Finalement, le rapport ne fut pas de 1à 3 mais de 1à 7, en plus, les Allemands échangèrent principalement des prisonniers de guerre âgés et peu profitables contre de jeunes ouvriers qualifiés français.

arrivée des prisonniers libérés par la Relève en gare du Nord

des vêtements sont fournis aux futurs  libérables..

certificat attestant que le PG a bien perçu des vetements

certificat attestant que le PG a bien perçu des vêtements

 

guide du rapatrié

guide du rapatrié

Politiquement, l´engagement de Laval de recruter la main d´œuvre par ses propres moyens signifiait avant tout une politique de collaboration active.

Vichy devait alors s’avérer capable de tenir ses promesses envers l´Allemagne pour mériter de devenir un partenaire privilégié dans la nouvelle Europe hitlérienne.

laval et Pétain

laval et Pétain

Dans son célèbre appel à la « Relève », Laval présenta l´engagement volontaire en Allemagne non seulement comme un devoir national envers les prisonniers de guerre, mais il alla jusqu’à  souhaiter expressément la victoire finale de l´Allemagne.

« Ils donnent leur sang – donnez votre travail pour sauver l’Europe du Bolchevisme »

Le travail en Allemagne comme devoir patriotique devint un sujet de propagande à la radio comme dans les actualités cinématographiques.

Le point culminant de la propagande fut atteint le 1er août 1942 à Compiègne lorsque le premier train de prisonniers de guerre libérés croisant celui des travailleurs volontaires de la « Relève » en partance pour l´Allemagne fut mis en scène.

il est vrai que l’occasion était trop bonne pour la propagande de montrer que le Maréchal mettait tout en œuvre pour le retour des prisonniers de guerre :

des communiantes acceuillent des prisonniers de guerre fraichement libérés

des communiantes accueillent des prisonniers de guerre fraichement libérés

ici, des communiantes accueillent des prisonniers de guerre fraichement libérés….

prisonnier de guerre libéré

prisonnier de guerre libéré

 

L’organisation de la réquisition était particulièrement efficace. Au plan régional et de l´État, des commissions mixtes franco-allemandes fixaient les contingents et les entreprises devaient ensuite dresser des listes nominatives.

accueil des premiers prisonniers au titre de la relève

Les ouvriers concernés étaient par la suite convoqués par la gendarmerie pour s´engager “volontairement” dans le cadre de la « Relève ».

des jeunes ,apprentis, issus des chantiers de jeunesse,fournissent une partie des ouvriers en partance pour l’Allemagne…

2e contingent de travailleurs au titre de la relève

La signature du contrat de travail était une pure formalité, si on s´y refusait, c´était un fonctionnaire français qui le signait à la place du travailleur.

Lors qu´on réalisa au mois d´octobre que les chiffres restaient tout de même bien en dessous des espérances, les Allemands s’impatientèrent face à l´opposition grandissante contre les réquisitions forcées et évoquèrent la possibilité de prendre eux-mêmes les choses en main.

dépliant pour inciter le travail en Allemagne

En effet, une partie de la population changeait peu à peu de camp. Il y eut des exemples de contestations et de résistance ouverte aux réquisitions, ceci principalement dans la zone sud.

Dans des cas isolés, il y eut des refus en masse.

Cependant sur les listes des entreprises, les noms de ceux qui s’étaient soustraits au départ pour l´Allemagne, furent vite remplacés par d’autres.

déclaration de non présence à une convocation pour le STO

D´autres produits de la propagande appelant au combat anti bolchevique au côté de l´Allemagne eurent beaucoup moins de succès.

Mais ce n’est certainement pas du seul fait d’une propagande maladroite que le nombre de volontaires pour l´Allemagne resta très en deçà des attentes de Vichy.

un travailleur français en Allemagne

Au lieu des 150.000 escomptés, seuls 17.000 ouvriers qualifiés s´étaient engagés entre juin et août 1942.

c’est un échec cuisant de la collaboration franco-germanique.

d »autres, des prisonniers de guerre français, changèrent de statut, et devinrent des travailleurs libres en Allemagne (un comble !!!)

MISE EN CONGE DE LA CAPTIVITE ALLEMANDE 1943

MISE EN CONGE DE LA CAPTIVITE ALLEMANDE 1943

 

MISE EN CONGE DE LA CAPTIVITE ALLEMANDE1943

MISE EN CONGE DE LA CAPTIVITE ALLEMANDE1943

mais, reste , en tant que travailleur, en Allemagne…, une autre forme de captivité.

 

a suivre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web