La France et les Alliés à Berlin

La Kommandantur de Berlin
C’est lors de la conférence de Potsdam, en juillet 1945, qu’est signé le protocole d’occupation de l’Allemagne et de Berlin par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’URSS.
un petit retour en arrière…
En juillet, les leaders Alliés se réunissent à Potsdam pour discuter du redécoupage de l’Allemagne qui perd 25% de sa superficie au profit de la Russie et de la Pologne.
la conférence de potsdam

la conférence de potsdam

 

Le pays sera également cogéré par les puissances occupantes, démilitarisé et les criminels de guerre nazis seront jugés par une cour internationale.
Staline confirme aussi au nouveau président américain Harry Truman que l’URSS entrera bien en guerre contre le Japon en août. Staline espère bien annexer les îles de Sakhalines, et pourquoi pas une partie de la Mandchourie ou de la Corée toujours occupées par l’armée japonaise.
Durant la conférence, Churchill apprend sa défaite aux élections et son remplacement comme Premier Ministre par Clement Attlee.
Staline se sent en position de force face à deux dirigeants (Truman et Attlee) qu’il juge inexpérimentés et pour lesquels il a peu d’estime.
Le 16 juillet, Truman, voulant impressionner son interlocuteur, informe Staline que les États-Unis viennent d’expérimenter une nouvelle arme dévastatrice fabriquée à partir d’uranium et de plutonium.
la bombe atomique

la bombe atomique

 

Mais, le dictateur, bien renseigné par ses espions, connaissait  l’avancement des travaux américains  et les scientifiques soviétiques travaillent déjà à la conception de leur propre bombe atomique.
Les deux Grands, Américains et Soviétiques, s’accordent donc pour juger à Nuremberg les criminels de guerre nazis.
Cependant dans la coulisse, chacun des anciens Alliés (y compris Français et Anglais) se disputent les « cerveaux nazis » : industriels, scientifiques, ingénieurs, « experts » du renseignement…
 Potsdam marque le début de la méfiance entre les anciens Alliés. Truman étant bien moins favorable aux Soviétiques que son prédécesseur.
Cette conférence illustre aussi l’effacement des puissances européennes devant les deux superpuissances : les États-Unis et l’Union Soviétique.
Progressivement, une division d’abord idéologique puis réelle va séparer l’Europe en  deux camps opposés.
la guerre froide est en marche, elle va durer plus de 40 ans….
Le statut de la ville et placé sous contrôle interallié.

Ses accords ont essentiellement porté sur le sort de l’Allemagne et sont parfois résumés sous l’appellation des 3 D :

  1. Dénazification (démocratisation)
  2. décentralisation
  3. démilitarisation

Les accords de Potsdam mettent en place les zones d’occupation confiées aux 3 grands vainqueurs et à la France invitée,

à savoir :

partage du Reich allemand

partage du Reich allemand

  • une zone soviétique à l’est

  • une zone américaine au sud

  • une zone britannique au nord

  • une zone française à proximité de la frontière française

    Berlin fut elle-même divisée en 4 zones d’occupation :

carte de Berlin partagée entre les alliés

carte de Berlin partagée entre les alliés

  • soviétique à l’est
  • américaine
  • britannique
  • et  française à l’ouest.
Le premier contingent français arrive quant à lui dans la ville le 3 juillet 1945.
La France adhère à ce protocole le 26 juillet 1945.
Un premier organisme allié a autorité sur l’ensemble des zones occupées. Il regroupe les« quatre commandants en chef agissant ensemble en corps constitué » et est dénommé « conseil de contrôle », assisté d’un « Comité de coordination »et de « Directoires », considérés comme des ministères. Tout le personnel français participant à ces organismes est appelé dès 1945 Groupement des Forces Françaises du Conseil de contrôle puis Groupe français du Conseil de contrôle (GFCC).
La ville est alors gérée par une Kommandantur, et est divisée en quatre secteurs, administrés chacun par un allié.
En 1945, une partie du secteur britannique, le quartier de Heiligensee, est confié aux Français, puis leur sont attribués les arrondissements Wedding et Reinickendorf situés au nord-ouest de la ville.
La Grande-Bretagne occupe le centre-ouest et les Etats-Unis le sud-ouest de la ville.
Toute la moitié est de la ville dépend des Soviétiques.
Le secteur français de Berlin est administré par le GMFB (Gouvernement militaire français de Berlin).

gouvernement militaire de Rhénanie-Hesse-Nassau

  • détachement E42                            SP 50 347
  • détachement F Koblenz                  SP 50 129
  • détachement F Trèves                    SP50 139
  • détachement H Montabaur           SP50144
  • détachement F 102 Mayence         SP 50182
  • détachement Bad-Kreuznach        SP 50 128

SARRE:

Détachement de gouvernement Mre Ee 32  SP 50373

Palatinat :                        

  • Détachement de gouvernement Mre Bergzabern SP 76485
  • Détachement de gouvernement Mre Landau         SP 76346
  • Détachement de gouvernement Mre Spire              SP 76761
  • compagnie de Q.G n°703                                            SP 50348

Pays de Bade :

  • gouvernement militaire de Bade-Baden    SP 50384
  • gouvernement militaire de Buhl    SP 50398
  • gouvernement militaire de Donaueschingen   SP 50413
  • gouvernement militaire de Emmendingen  SP 50 399
  • gouvernement militaire de Lahr  SP 50 392
  • gouvernement militaire de Muelheim SP 50 412
  • gouvernement militaire de  Mannheim SP 50 383
  • gouvernement militaire de Neustadt SP  50 387
  • gouvernement militaire de Offenburg SP 50 407
  • gouvernement militaire de Renchen SP 50 409
  • gouvernement militaire de Uberlingen SP 50 414
  • gouvernement militaire de Rastadt SP 50 391
  • gouvernement militaire de Stockach SP 50 419
  • gouvernement militaire de Saeckingen  SP 50 381
  • gouvernement militaire de Lorrach SP 50394
  • gouvernement militaire de Wolfach  SP 50 408
  • gouvernement militaire de Waldshut  SP 50 417
  • gouvernement militaire de Villingen  SP 50 416
  • gouvernement militaire de Fribourg  SP 50  377

Wurtemberg :

  • Général commandant région de Wurtemberg  SP 50 390
  • gouvernement militaire de Wurtemberg détachement E  SP 50 357

Autriche :

SP 420 A

 

  • gouvernement militaire du Tyrol  SP 50337
  • gouvernement militaire du Vorailberg  50 372
  • détachement du gouvernement militaire de Bludenz  SP 50 344
  • détachement du gouvernement militaire de Brégenz SP 50 389
  • détachement du gouvernement militaire de Feldkirch  SP 50 338
  • détachement du gouvernement militaire de Imst  SP 50 339
  • détachement du gouvernement militaire de Kitzbuhel  SP 50 349
  •  détachement du gouvernement militaire de Kufstein SP 50 353
  • détachement du gouvernement militaire de Landeck SP 50 363
  • détachement du gouvernement militaire de Reutte SP 50 376
  • détachement du gouvernement militaire Schwaz SP 50 385
  • détachement du gouvernement militaire de Innsbruck  SP 50 344
  • détachement du gouvernement militaire de Worgl  SP 50 420

centre d’organisation des services français en Autriche  à Vienne :

  • cabinet SP 50 482
  • services administratifs compagnie Q.G 708  SP 50 481
  • division justice  SP 50 450
  • division politique  SP 50 451
  • division PTT affaires interieures  SP 50 452
  • division prisonniers et déportés  SP 50 460
  • division économie  SP 50 462
  • division finances  SP 50 453
  • division travail  SP 50 459
  • division transports  SP 50 454
  • division guerre  SP 50 470
  • division air  SP 50471
  • division marine  SP 50 472
  • division personnel et matériel  SP 50 480
  • division service de santé  SP 50 321
  • division intendance  SP 50 461

Berlin :

groupe du conseil de controle

  • cabinet SP 50 307
  • division guerre  SP 50 312
  • division marine  SP 50 315
  • division air  SP 50 313

G.F.C.C : groupe français de conseil de controle

  • division politique  SP 50 317
  • division justice  SP 50 319
  • division PTT affaires intérieures  SP 50 321
  • division personnes déplacées  SP 50 33

 

G.F.C.C

  • Direction générale des affaires économiques   SP 50 396
  • division économie  SP 50 327
  • division finance  SP 50 328
  • division transports  SP 50 352
  • division réparations-restitutions  SP 50 356
  • division service santé  SP 50 365
  • division main d’oeuvre SP 50 359
  • division production industielle  SP 50 362
  • division agriculture-ravitaillement  SP 50367

G.F.C.C : direction du controle technique  SP 50  314

 

sources : ecpad.fr  pour l’introduction….
               :  http://les-meandres-de-lhistoire.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web