Dans les départements français d’Algérie et départements français du Sahara, des camps de travail ou d’internement pour les Juifs et travailleurs étrangers sont créés.
Pour la plupart, les camps d’Afrique du Nord sont essentiellement des camps de travail forcé.
Si les conditions d’existence paraissent largement moins dramatiques que celles des camps sur le territoire métropolitain – peut-être parce que seuls des hommes y sont retenus – elles n’en sont pas moins d’une dureté considérable.

Tant les motifs d’internement que l’exploitation d’une force de travail à bon marché en font des lieux d’enfermement et d’exclusion.
Même si leur sort n’est pas ignoré, l’éloignement géographique est un obstacle pour que l’entraide puisse s’y développer avec la même puissance que dans les camps de la zone Sud.
Là, le sort des internés et, parmi eux, ceux des plus vulnérables, mobilise les forces des œuvres d’assistance qui, en se regroupant, tentent à la fois de décupler leur capacité d’action et veulent croire à une possible pression sur les autorités en vue d’améliorer le sort des internés et, surtout, de faciliter leur libération..
La fermeture des camps algériens ne commencera que fin avril 1943

1.Abadla

Abadla est une  ville de l’Algérie « Wilaya » de Béchar, qui est à 80kms Sud de la ville de Bechar, dans la région de « Oued Guir ».
En 1940 a été construit un champ d’internement.
En 1941 à Avril 1942,la piste de chemin de fer a progressé très rapidement, en particulier dans les hautes plaines steppiques où les obstacles sont faciles à contourner, à l’exception des virages des djebels dominant la plaine de la rivière Guir, la route était presque droite. la Tranche-Bou Arfa-Colomb-Béchar a été ouverte en Décembre avec la présence du secrétaire d’État à la Communication, John Soyez rthelot , et un détachement de goumiers marocains. Kenadsa est une ligne de chemin de fer au sud de Colomb-Bech Abadla . Cette ligne ferroviere du désert est connu par quatre noms

Le trans son plus ancien nom , Le nom officiel de la Méditerranée-Niger est apparu en 1940, L’océan – Niger dans les années 1940, La MN ou MN et ensuite Béchar Pour Abadla et, comme d’autres sites de mines de charbon, il y avait un train mixte, ferroviaire . La construction de la via-Abadla Bechar est terminé en 1942, juste 62 kilomètres au sud.les Travailleurs ont été installés dans un champ, situé à quelques miles de Bidon II (base militaire de Béchar-Djedid). Ce camp est constitué de « Ghorfa » (grotte de pièces au niveau du sol)

Aïn El Orak

Bechar Bedeau

Boghari 29 À Alger, 3000 réfugiés

Le camp de travail forcé

Un camp d’internement militaire Camp Morand  y concentre dans des conditions difficiles des milliers de réfugiés espagnols fuyant la guerre civile d’Espagne, dont les autorités et la communauté espagnole oranaise se méfient.

Camp Suzzoni à Boghar, pour les étrangers

Colomb Bechar

Djelfa, camp mixte.
Camp de concentration de Djelfa ( sis au quartier de Ain S’Rar )

Que dire alors de l’Afrique du Nord où les directeurs de camp (et les internés) devaient compter avec les rigueurs du climat, les problèmes de transport et donc de ravitaillement, l’isolement plus ou moins marqué .
Au camp de Djelfa (Algérie), se retrouvèrent à partir de mars 1941 les « fortes têtes » venus des camps politiques de la métropole.
À 1 200 m d’altitude, le climat était celui des hauts plateaux algériens, très chaud en été et très froid en hiver, un froid aggravé par le vent glacial du nord qui souffle en tempête un jour sur deux.
À l’origine seuls des marabouts avaient été mis à la disposition du directeur du camp pour le logement des internés ; à la fin de l’année une partie dormait encore sous le marabout, mais l’autre pouvait profiter des baraques en dur construites par les internés eux-mêmes. Après l’intervention d’André Jean-Faure au printemps suivant, tous les internés couchaient dans des bâtiments en dur.
Les mêmes internés aménagèrent le gué qui permettait d’accéder au camp, si ce n’est en cas d’orage, car l’Oued sortait de son lit et coupait, plusieurs jours durant, toute communication avec la ville.
Faure ne relevait « qu’une seule épidémie » en une année.
Mais l’utilisation d’une source polluée s’était tout de même traduite à l’été et à l’automne 1941 par une épidémie de typhoïde et de paratyphoïde, avec 55 cas déclarés et 15 décès sur quelque mille internés
extrait de  » Denis Peschanski nov. 2000, Des camps en France

Djenien Bourezg, camp mixte.

Réputé pour sa dureté, le camp de Djenen-bou-Rzeg (dans le sud oranais) est un bagne où les militaires français, souvent membres de milices fascistes, manient la cravache de bon cuir et usent de sévices corporels.
Contrairement au Maroc, le débarquement américain de novembre 1942 ne mettra pas fin à leur calvaire

El Aricha, pour les internés de droit commun.

Kenadsa Ksar Etir, camp de concentration près de Setif Mecheria,
camp mixte.

Meridja près d’Oran

laghouat camp de détention pour britanniques

Camp d’internement pour les forces britanniques et du Commonwealth

De 1940 jusqu’à peu de temps après l’ invasion alliée de l’afrique du nord française 8 Novembre 1942, Laghouat a été utilisé comme camp de prisonniers de guerre pour l’Empire britannique et du Commonwealth des prisonniers, des marins et des aviateurs capturés pour la plupart.
Les prisonniers à Laghouat comprenaient aussi quinze Canadiens et sept hommes de terre neuve , l’un d’eux a été détenu pendant 472 jours.

camp de Laghouat 23 10 41

camp de Laghouat 23 10 41

Il y avait aussi, dans ce camp , des Sud-Africains parmi les prisonniers,ainsi que des marins de la royal navy capturés après l’échouage du hms havock hors kelibia , en Tunisie, en Avril 1942, et après la perte de hms manchester en Août 1942.

camp de détention des sujets britanniques à Laghouat algérie 1942

camp de détention des sujets britanniques à Laghouat algérie 1942

 

camp de détention des sujets britanniques à Laghouat algérie 1942

camp de détention des sujets britanniques à Laghouat algérie 1942

Un militaire prisonnier décrit le camp Laghouat comme un oasis subsaharien
Les personnes prisonnières ont été bien traités, sauf qu’il n’y avait rien à faire et qu’ils n’ont pas été autorisés à quitter le camp. Dans tous les cas, « toute fuite était pratiquement impossible de ce camp, étant donné l’étendue de désert qui les entoure ».
Un autre prisonnier a écrit à la croix rouge en Ecosse du Camp des Internes Britanniques Laghouat »:
Techniquement, nous ne sommes pas des prisonniers de guerre, mais en réalité, nous n’en percevons pas de différence.
Dans son livre There and Back Again: l’histoire d’un navigateur (2004), un ancien navigateur de la royal air force,Douglas Hudson du 101 escadron rapporte que plus de cinq cents prisonniers alliés ont été internés dans le camp.
Il parle de conditions de vie inhumaines dans ce camp de prisonniers et de la construction d’un tunnel d’évasion.
Par chance, au moment de l’invasion alliée de l’Algérie, l’amiral de la flotte françàise, darlan , le chef du gouvernement de Vichy, était à Alger et a rapidement conclu un accord pour rejoindre les forces des Britanniques et des Américains.
Les militaires prisonniers ont été rapidement libérés de ce camp par les troupes des états unis qui sont arrivés au camp Laghouat avec un convoi de camions en Novembre 1942.

 

 

mecheria

50 km au sud d’Oran en Algérie. camp pour les prisonniers de guerre à l’automne 1942.
Tous les marins norvégiens de tous les camps au Maroc ont été transférés à ce camp d’internement.
Quand ils ont pu quitter Mecheria, le 16 novembre, après l’invasion alliée de l’Afrique du Nord (opération Torch, le 8 nov. – 1942)
il y avait 117 Norvégiens dans ce camp.

 

a suivre….

4 réflexions au sujet de « les prisonniers de guerre civils en algérie 1940/1947 »

  1. Bonjour,

    je vous remercie pour votre article très intéressant.
    toutefois, je souhaiterais savoir s’il existe la liste des prisonniers de ces camps quelque part.
    et si oui, ou peut-on les consulter ?

    merci.
    Samuel

    • Pour les camps en ALGERIE Les listes sont au CAOM à Aix en Provence.
      Cordialement.
      M.L. VILAIN

  2. bonjour
    sur le site mémoire et déportation, il existe une liste, mais ces camps demeurent assez mystérieux,du fait de leur éloignement, et de l’encadrement vichyste très sévère.
    j’ai quelques lettres à rajouter dans cet article, cela sera fait au fur et à mesure
    bonne recherche, si j’ai d’autres infos, je les mettrais en commentaire sur le site
    bonne journée

  3. Bonjour,je cherche des informations sur la prisons de Burdeaux actuellement Mahdia département de Tiaret (Algerie) en vue de faire de ce lieu un espace de mémoire collective. tous ceux qui ont témoignages, photos ou documents ou des sites et veulent y participé je le serai reconnaissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web