en hommage à Paul bourbon, et ses camarades du stalag VIII C

« Le tombeau des héros est le cœur des vivants. »
André Malraux

carte des camps dans le REICH

carte des camps dans le REICH

 

 

emplacement du stalag VIII C

emplacement du stalag VIII C

construit sur un terrain sablonneux, le stalag VIII C est situé à Sagan, en Silésie, à 150 Km nord-ouest de Breslau.

aquarelle du stalag de Sagan montrant l’entrée du camp

 

les activités intellectuelles

Une université fut créée en novembre 1940 par les aspirants.
Mais, par la suite de leur départ, en mars 1941, ces cours furent désorganisés.

réouverture de l’université 13-12-1941

Une tentative (qui aboutit à des résultats partiels) a été faite pour reprendre cette initiative en novembre 1941.

dessinateurs,écrivains peintres,sculpteurs, architectes….

Au Stalag VIII C à Sagan (Zagan) la baraque n° 11 était destinée aux représentations théâtrales et musicales. (partagée avec la chapelle)
Un groupe théâtral et musical composé de 80 Français « Les Folies Saganaises » fut créé.

orchestre les fol's sag's

orchestre les fol’s sag’s

orchestre les fol's sag's verso

orchestre les fol’s sag’s verso

La Marche des Fol’s Sag’s fut également composée par Jean de Lébrijes (nom de scène de Jean Vicherat)

LA MARCHE des FOL’S SAG’S
Refrain:
C’est le coin préféré du Stalag
Les Fol’s Sag’s (bis)
C’est là que vit la bonne humeur française
et que s’apaisent
tous les tourments
En plein stalag et malgré la distance,
c’est l’apparence
De notre France
Car les Fol’s Sag’s nous mènent tout à coup,
jusque là-bas…..Chez Nous!

1er couplet
Dans le Block L, il est une baraque,
Devant laquelle on attend patiemment
Pour s’entasser comme des harengs en caque
Et rechercher un peu d’amusement.
Les volets sont bien clos mais la musique
Semble appeler, au dehors, le passant,
Et des applaudissements frénétiques
A chaque instant s’échappent frémissants,
Dans cet endroit,
Le rire est roi
Et je vais vous dire pourquoi:
(au refrain)

2ème couplet
L’orchestre est bon et Patoum à la caisse
Est un « accu » à vingt mille volts chargé;
A son violon, Mazza fait des prouesses
Et Caulier souffle comme un enragé.
Voici Bébert avec son xylophone,
Breil au piano voire à l’accordéon,
Briard, Gandin avec son saxophone
Et Gouin dirige à la Napoléon
Un vrai Cadeau:
c’est René Beaux
Qui nous fait les chants les plus beaux.
(Au refrain)

3ème couplet
Sur le plateau, Joly fait la d’moiselle
Avec Lafforgue et c’est le casino;
Voici le cirque avec tout’s ses ficelles
quand passent en clowns Ilès et Romano;
Avec Deguergue et Aubeleau le grave
c’est l’Odéon..Chigot c’est les boul’vards
Varèse arrive, c’est un torrent de lave
Qui fait la nique au plus noir des cafards.
Paraît Rousseaux,
Riche, le beau:
vous pouvez tirer votr’ chapeau!…
(Au refrain)

4 ème couplet
Nous avons même-et ça c’est une aubaine!-
Pour les décors, un artiste: Marcou;
C’est Feursinger notre metteur en scène;
Le régisseur, c’est Till, le bon toutou
Qui mang’toujours et qui dort? un prodigue!…
L’chef contrôleur, c’est Martin,gai  luron,
Mais l’grand gueulard, bien sûr, c’est de Lébrijes,
(C’est pas toujours commode d’être patron)!
Une fin’recette,
assez coquette;
Pour les programmes, prenez Pierr’Brette!..
(Au refrain)

5 ème couplet
Et si vous vous promeniez dans nos coulisses
Vous vous croiriez soudain chez l’grand faiseur
C’est Max qui habill’toutes nos actrices,
Et c’est Jean Charl’s, bien sûr, leur maquilleur…
Vous avez pu admirer nos affiches,
Brossé’s de chic par le fin Demouron,
Les jeux de lumière de plus en plus riche
De Cararo qui n’est jamais marron…
Nos cantatrices
A leur service
ont Lucienne pour Pythonisse
(Au refrain)

6 ème couplet
Tous ces gars là, pour le camp en tristesse,
sans ménager leur peine ni leur temps,
travaill’t avec entrain et gentillesse
Et n’sont heureux qu’si les autr’s sont contents.
Quand au spectacle on rit et se trémousse
Leur coeur est gai: leurs efforts ont leur prix
qu’si la gaieté éclaire la frimousse
Des prisonniers qui forment leur jury.
Applaudissez
Donc et bissez
Les Fol’s Sag’s leur dernier succès:

Dernier refrain
C’est le coin le plus gai du stalag
Nos Fol’s Sag’s (bis)
Nous maintenons la bonne humeur française,
Pour nous s’apaisent
Tous les tourments.
En plein Stalag et malgré la distance,
C’est l’apparence
De notre France:
Viv’nt Les Fol’s Sag’s qui sauront jusqu’au bout,
Vous ramener chez nous.

Sagan, le 23 mai 1941
Jean de Lébriges

orchestre Jazz musique Stalag VI C SAGAN 1943

orchestre Jazz musique Stalag VI C SAGAN 1943

orchestre stalag VIII C SAGAN

orchestre stalag VIII C SAGAN

 

orchestre de prisonniers de guerre à Sagan

Y participaient des acteurs, chanteurs et musiciens professionnels: Jacques Hauchart, Lucien Dubrulle, Paul Delamaere, André Bonnier, José Ruiz, Charles Cattanea, Pierre Henriot, René Ono dit Patoum.
Le metteur en scène des spectacles était Léon Tille.

prisonniers de guerre théatre du camp de Sagan STALAG VIII C

prisonniers de guerre théatre du camp de Sagan STALAG VIII C

quelques visages d’artistes au stalag VIII C de Sagan

programme de la piéce de théatre AZAIS présentée en 1943

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’œuvre la plus en vogue était l’opérette « La Veuve Joyeuse », jouée à plusieurs reprises dans différents camps et groupes ouvriers.

des invitations sont adressées …..

Invitation à la représentation de la veuve joyeuse à Sagan

Le rôle principal était joué par Gaston Joly.
Les costumes professionnels étaient empruntés à Berlin.

distribution de la représentation de la veuve joyeuse à Sagan

représentation de la veuve joyeuse à Sagan

Un événement important fut la composition de « La Saganaise » par René Beaux sur des paroles de René Martin.
Il devint l’hymne de prisonniers de guerre, composé à l’instar de la « Marseillaise » et il était chanté au cours des représentations.

II fut créé au stalag VIII C un atelier de peinture,la Villa Ile de France

les filles croquées par un artiste du stalag de Sagan

nom bien nommé,pour rappeler le pays, et peut être en faire, au sein du camp,un petit coin de France.

Des sculpteurs,dessinateurs, vont aussi rejoindre cet atelier,,et avec l’aval des autorités du camp,vont pouvoir exercer leurs talents en toute quiétude.

fusain du camp de Sagan

Cela va aussi être l’objet de propagande de la part des mêmes autorités allemandes.Il n’en demeure  pas moins, que cela reste un cas unique, surtout à cette échelle.

villa de france réunion d'artistes au stalag VIII C

villa de france réunion d’artistes au stalag VIII C

carton d-invitation à une BROT-PARTY  à la villa Ile de France…

villa de france réunion d'artistes au stalag VIII C

villa de france réunion d’artistes au stalag VIII C

Le 3 décembre 1940, les délégués du CICR (Comité International de la Croix Rouge) lors de leur seconde visite au stalag VIIIC sont frappés par l’extraordinaire essor du mouvement artistique.

Ils rencontrent des artistes qui travaillent librement, statut, très spécial, du au fait, qu’ils sont destinés à faire oublier l’internement et proposer des divertissements après le travail en kommandos.

les artistes peintres

Jean-Henri Michel (1908-1977),

artiste-peintre, a été fait prisonnier en 1940 et interné au Stalag VIII C, à Sagan (Silésie). Il en a été libéré le 18 février 1941 pour raison sanitaire et rapatrié en zone libre le 14 mars 1941.

Jean-Henri Michel a créé au Stalag VIII C, avec d’autres prisonniers artistes ou écrivains, la revue Epreuves, dont deux numéros sont parus au camp. A son retour de captivité, il a rapporté avec lui le troisième numéro inachevé.

De retour en France, il a pris contact avec le gouvernement de Vichy, les autorités militaires et divers organismes, pour tenter de poursuivre la publication de cette revue destinée aux prisonniers de guerre et de créer un Bureau centralisateur d’œuvres de prisonniers de guerre chargé de centraliser et valoriser les œuvres des artistes prisonniers de guerre rapatriés.

Journal de camp intitulé « Le soleil Saganais ».

journal du stalag VIII C

journal du stalag VIII C

rédaction : BROGLIN , BARRAS

Dessinateur: GUERARD, HENRI GAUBERT, JACQUES BROGLIN, HENRI MAGNON

responsable :BERTHELON

abonnement : 1 R.M

Autre journal publié par la «Propaganda Abteilung» propagande Nazi, le Journal distribué dans le camp est imprimé à Berlin. Première parution le 23 juin 1940 et dernier numéro mars 45.

stalag VIII C journal trait d'union (collaboration)

stalag VIII C journal trait d’union (collaboration)

En tout 422 numéros.
Peu d’influence sur les PG, ce journal était le bienvenu aux toilettes.

il existe aussi une revue littéraire qui parait tous les mois et qui compte environ 50 pages.

elle se nomme : FLAMMES

Rubriques multiples et vivantes : humour, nouvelles des camps, de France, sports, etc…
Journal de camp le trait d’union édité par la propagande allemande.
Bibliothèque de 5 000 volumes, avec salle de lecture, atelier de reliure. Prêts de romans et prêts de livres d’études. La bibliothèque, par le système de caisses circulantes, alimente 160 kommandos sur leur demande.
Afin de remédier à la pénurie de papier, le gouvernement a fait procéder, à la date du 1er juillet 1942, à un premier envoi comprenant : 111 kg 500 de papier duplicateur ; 47 kg de papier impression, écriture.

quelques dessins et peintures d’artistes de Sagan

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1940/41/42

Les Allemands vont permettre un développement des activités artistiques dans le camp. Elles serviront la diffusion de propagande afin de donner un image positive de la captivité des Français bien traités. A partir de 42, devant les défaites des Allemands, le régime va se durcir, ces activités ne dureront pas. Devant le va et vient incessant des prisonniers, les gardiens seront de plus en plus nerveux et sadiques.

.La sous-alimentation permanente, les maladies contagieuses, etc.. feront cesser ces activités.

Quand la mémoire faiblit,

quand elle commence,

comme une fragile falaise rongée par la mer et le temps à s’effondrer par pans entiers dans les profondeurs de l’oubli,

c’est le moment de rassembler ce qui reste,

ensuite il sera trop tard…

VERCORS

je vous joins 3 photos de mon père Nilo MEDELLI au stalag VIII C :

la première étant un plan général  (la croix indique mon père qui est de profil)

 

papa au stalag VIII C

papa au stalag VIII C

la seconde la photo de l’orchestre avec mon père tenant son violon

orchestre allemagne

orchestre stalag VIII C

la troisième montrant mon père en train de jouer sur scène.

 papa au violon Breslau stalag VIII C paques 1943

papa au violon Breslau stalag VIII C pâques 1943

Comme je vous l’ai indiqué, mon père d’origine italienne, s’était engagé dans les forces françaises en 1939 en devançant l’appel, ce qui lui donnait de facto la nationalité française. Il a été fait prisonnier à Dunkerque et de là fut déporté en Allemagne. Il fut d’abord recruté par un fermier et commença à apprendre la langue allemande avec la petite fille du paysan qui était toujours avec lui.

Etant par ailleurs un excellent violoniste, il fit partie du groupe musical et théâtral et je sais même qu’il avait participé à des enregistrements avec l’orchestre de Breslau.

 a suivre…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web