Après l ‘invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, la France mobilisa et, le 3 septembre 1939, déclara la guerre à l’Allemagne. Par motivation patriotique, des milliers d’émigrés polonais travaillant, ou réfugiés en France, demandèrent à s’engager dans l’armée française pour permettre à la Pologne de recouvrer sa liberté.

9 septembre 1939  un accord franco-polonais est signé pour répondre à cet élan patriotique, permettant la mise sur pied d’une division polonaise en France. Cette division recrutera parmi les citoyens polonais résidant en France, par engagement volontaire et appel de classe.

15 septembre 1939 déclenchement par l’Ambassadeur de Pologne en France de l’ordre d’appel sous les drapeaux polonais par voie d’affiches (dans les deux langues).

29 septembre 1939 tous les citoyens polonais installés en France viennent se faire recenser au bureau le plus proche de leur domicile. 123.000 combattants potentiels de 17 à 45 ans furent ainsi identifiés. Parmi ces 123.000, le conseil de révision du 24 octobre en retient 93.000 comme étant aptes au service armé.

Sur ce nombre, le gouvernement français prend la décision d’en maintenir provisoirement 43.000 dans leur emploi en les mobilisant sur place, notamment dans les mines du Nord et dans les industries sidérurgiques du Nord et de l’Est de la France. 50.000 recrues restèrent donc désignées pour le service armé et furent immédiatement mobilisables.

Grâce à ces bases statistiques nationales et avec les informations numériques déjà en sa possession concernant les Polonais internés dans les pays neutres, l’état-major mit en oeuvre la constitution de 4 divisions d’infanterie polonaises et de 4 brigades spécialisées (dont une d’aviation).

A cette force, l’état-major escomptait l’apport de deux divisions supplémentaires en cours de constitution outre atlantique, avec les engagés volontaires polonais du Canada et des Etats Unis.

17 novembre 1939 débute la mobilisation des 50.000 recrues de l’hexagone. Cette mobilisation s’est faite progressivement par l’incorporation à Coëtquidan de 7.000 hommes venant s’ajouter aux 13.000 volontaires déjà sur place, pour la constitution de la 1re Brigade des Chasseurs du Nord et de la 1re Division polonaise.

les autorités militaires françaises, mettront en place les camps nécessaires à l’instruction et à la constitution de l’armée polonaise:

camps de Coëtquidan (Ile-et-Vilaine)

 

airvault, Saint Loup sur Thouet (Deux Sèvres)

 

 

Lyon-Bron pour l’aviation

Beyrouth pour la Brigade polonaise du Levant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web